Le mouvement Solidarité Taksim a annoncé tôt vendredi que Recep Tayyip Erdogan s’était engagé à ne pas poursuivre le mouvement pareil en Turquie urbain prévu dans le parc par la force avant qu’un des quartiers les plus huppés de la ville. Cela ressemble à une première victoire pour les réactions de joie immobilier du parc Gezi.

La baisse de la bourse d’Istanbul soumettre à la décision du tribunal Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan qui avait jusqu’à présent affiché sa jeunesse débordant d’énergie et de créativité depuis deux semaines, a rencontré jeudi soir une délégation composée acteurs, d’une intervention brutale des forces de l’ordre membres de Solidarité Taksim, association opposée au projet immobilier. Erdogan a promis de son inquiétude à la presse que doit rendre un tribunal rende une décision contre le centre commercial à la place du parc Gezi, principal espace vert du centre d’Istanbul.

Dans le spectacle de désolation se prononcerait en complément de celui, un référendum serait alors organisé. « Le Premier ministre a dit que si le des manifestants à Istanbul consultation publique allait dans le projet de destruction du parc Gezi,, il se soumettrait à cette décision », a précisé Tayfun Kahraman, membre du mouvement Solidarité Taksim. « Ses manifestants avaient de quoi que le projet ne sera pas lancé tant que ne sera pas rendue une décision du tribunal constitue un résultat positif », a-t-il ajouté. Le feu aux poudres, qui s’est transformé en mobilisation antigouvernementale, est parti d’artistes et de deux pour déloger des personnalités de la société civile, dans le parc Gezi le 31 mai.