Une chose est sûre, l’orgasme féminin ne vient pas d’une autre planète. Les études ont mis en lumière différentes théories expliquant l’origine de la jouissance chez la femme. Toutefois, force est de constater que le mécanisme est expliqué par le rapport entre l’homme et la femme. Que faut-il savoir sur le plaisir féminin ?

Qu’est-ce que l’orgasme féminin ?

L’orgasme vient du terme « orgasmos » renvoyant à un bouillonnement d’ardeur. Cela signifie un dégagement de « jus » vital. Si ce terme semble réservé aux hommes, les femmes sont également sujettes aux orgasmes.

Mécaniquement parlant, l’orgasme féminin se conforme à différentes phases dont une phase d’excitation, une phase de plateau et une phase de résolution.

Il importe de comprendre que l’orgasme est défini comme étant le pic du plaisir chez une femme ou chez un homme. Des contractions involontaires se contractent au niveau des muscles du périnée féminin. Le plaisir intense est donc ressenti au sein des organes génitaux eux-mêmes.

Pour d’autres femmes, l’orgasme est défini comme une réelle perte de contrôle et d’emprise. Il s’agit d’une faille, d’un point vulnérable touché subitement. Ainsi, l’orgasme féminin est propre à chacune et subjectif. D’autres informations sur le sujet sont disponibles sur adulte-sexy.com

Qu’en est-il de la durée de l’orgasme chez la femme ?

Il est important de savoir que l’orgasme chez la femme dure parfois plusieurs secondes et peut même aller à deux minutes. Par ailleurs, il semblerait que 16 à 42% des femmes peuvent avoir de nombreux orgasmes à la suite lors d’une séance de masturbation ou pendant un rapport sexuel. Elles ne connaissent pas forcément de répit entre deux orgasmes.

Comment parvenir à cette aptitude ? Les chercheurs pensent que la génétique joue un rôle prépondérant. Certaines femmes jouissent abondamment, car certains ancêtres féminins de leur arbre généalogique y parvenaient également. En outre, il faut savoir que l’environnement peut également avoir une influence sur cette capacité à jouir.

Par ailleurs, l’accroissement du taux d’ocytocine est en corrélation avec l’intensité de chaque orgasme.

Lors de la stimulation érotique, le cerveau envoie un message automatique qui va traverser la colonne vertébrale et qui provoque de nombreuses contractions musculaires.

Néanmoins, des investigations prouvent que l’orgasme n’est pas réduit à cette connexion et dépend de nombreux autres facteurs. L’imagerie fonctionnelle a certes mis en évidence le rôle des neurones dans le plaisir de la femme.

Comment avoir un orgasme ?

Généralement, l’orgasme vaginal est causé par un contact érotique et par la stimulation des zones érogènes et des parties génitales. Ces dernières études prouvent que les femmes qui ont le plus d’orgasmes sont celles qui optent pour des pratiques variées.

Effectivement, d’après un sondage, 30% des femmes ont un orgasme seulement grâce à la pénétration vaginale. Cependant, il ne faut pas négliger la puissance de l’orgasme clitoridien.

Toutefois, lorsqu’elles cumulent les cunnilingus, la stimulation digitale, elles atteignent l’orgasme plus aisément et rapidement. Certaines femmes se targuent même d’apprécier l’orgasme anal.

Ces données nous permettent de comprendre que le stimulus ne conduit pas forcément à un orgasme. Du côté de l’homme, le mécanisme est bien rodé, mais chez la femme, il est plutôt varié. En effet, chez cette dernière, la jouissance peut venir de différentes parties du corps.

Néanmoins, il importe de comprendre que les zones érogènes n’ont pas forcément la même réponse. Les systèmes neuronaux sont à prendre en compte dans le processus. Ainsi, l’orgasme d’une femme n’est pas seulement causé par une mécanique ascendante. Il est capital d’intégrer les mécanismes psychiques qui sont ascendants pour leur part.

Coll et Whipple démontrent qu’une suggestion verbale peut parfois mener à un orgasme pour une femme. Ainsi, ici, il n’y a pas forcément de stimulation physique, mais l’intensité de la jouissance reste la même.

Ces quelques retours d’information montrent qu’aucun orgasme n’est supérieur à d’autres. Toutefois, le cerveau a un rôle central dans la réponse sexuelle. Il est à noter que certaines femmes peuvent même avoir un orgasme pendant leurs rêves.