Agent CRH (Complémentaire Retraite des Hospitaliers) créé par la C.G.O.S depuis près de 60 ans, afin de préparer sereinement leur avenir. Ce soutien est important. Pour les contractuels et titulaires de la Fonction publique hospitalière, la retraite veut dire une perte de revenu d’environ 25 à 30 %, et une Retraite additionnelle de la Fonction publique (RAFP) ne suffit pas. Comment calculer une retraite de base des fonctionnaires hospitaliers ?

Comment calculer une retraite de base des fonctionnaires hospitaliers ?

Pour leur régime de base, les agents titulaires de la Fonction publique hospitalière sont affiliés à la CNRACL, la caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales, et non à la Sécurité sociale. Pendant sa vie professionnelle, tous les agents hospitaliers valident des trimestres, qui serviront au calcul du montant de la rente de base versée par la CNRACL.

En effet, celui-là n’est pas compté par points. Cependant, la situation de chaque agent est différente. Voici quelques informations dont vous devez vous souvenir pour estimer la valeur de cette pension.

Il existe également différents facteurs à prendre en compte lors du calcul de la retraite.  

La pension à taux maximal des fonctionnaires hospitaliers est comptée selon cette formule : 75 % x (nombre de trimestres contribués et primes divisé par le nombre de trimestres d’assurance indispensable pour profiter de la pension maximum) x traitements indiciaires des six derniers mois.

Pour plus d’information, veuillez visiter le site crh.cgos.info

Le nombre de trimestres pour la retraite

Pour viser au taux maximal (montant maximum de la pension), il faut aussi valider les trimestres d’assurance entre 167 et 172. Le nombre de trimestres dépend de l’année d’entrée des droits à la retraite ou l’année de naissance de l’agent hospitalier et en fonction de la catégorie de l’emploi utilisé (sédentaire ou active).

Parmi les autres facteurs que la CNRACL (Retraite nationale des Collectivités locales) prend en compte pour le régime figurent : années de retraite, véritable expérience de service, bonus et promotions si disponibles.

Bon à savoir : le fonctionnaire hospitalier doit avoir servi au moins deux ans dans la fonction publique pour bénéficier d’une pension d’État de la CNRACL.

Allocations, primes et indemnités : choses à retenir pour les travailleurs hospitaliers. Lors du calcul de la pension de base, tout d’abord, le trimestre cotisé est pris en compte en fonction de l’ancienneté effective. Cependant, la situation familiale et personnelle du fonctionnaire, la cessation d’activité pour cause de maladie, de congé de maternité ou de garde d’enfant doivent également être prises en compte. Le calcul des bonus et des augmentations prend tout son sens.

La RAFP : quelle prise en considération pour les indemnités et primes des agents hospitaliers ?

Les primes et les indemnités perçues par les agents ne sont pas correctement prises en compte dans le calcul des pensions de base. Elles sont seulement incluses dans le RAFP (régime additionnel de la Fonction publique) compté par points, dans la limite de 20 % du somme de ces primes et indemnités.

En d’autres termes, en outre de la retraite complémentaire hospitaliers cgos obligatoires RAFP, les indemnités et primes ne comptent pas pour la retraite de base. Et souvent, cette retraite complémentaire ne suffit pas à réprimander l’abaissement de revenus qui présente après la vie active.

Mais comment évaluer la valeur de sa pension de retraite ? Selon le régime de base, les futurs retraités ont droit à une première évaluation de leur pension en comptant 75 % de leur rémunération en fin de carrière. Cependant, pour avoir une idée précise de ce que seront vos revenus, vous devez tenir compte d’un certain nombre de critères et de conditions qui sont pris en compte dans le calcul. À tel point que celui-ci peut devenir vraiment complexe !

Pour accompagner avec précision les agents hospitaliers avec une idée vériste de leur situation financière après la retraite, la CRH propose un simulateur en ligne.

Qu’est-ce qu’un Plan d’Épargne Retraite (PER) ?

Nouveau PER personnel hospitalier, dispositions d’engagement à l’épreuve du temps. Le Plan d’Épargne Retraite (PER), créé avec l’entrée en vigueur de la loi Pacte en octobre 2019, a été officiellement lancé. Il vise à remplacer progressivement les autres solutions d’épargne retraite qui existaient auparavant. Il est également possible de transférer certains contrats d’épargne retraite vers un nouveau PER.

Ce PER a pour objet de permettre à un particulier de disposer de revenus complémentaires pour préparer sa retraite et réduire ses ressources. Pour les retraites complémentaires des personnels hospitaliers, il s’agit d’un régime individuel de retraite (PERI), mais il existe aussi des régimes collectifs de retraite obligatoires ou facultatifs pour les entreprises et adaptés à différents publics.

PER : indemnité de départ défiscalisée, parmi les nombreux avantages, un plan d’épargne-retraite vous permet d’épargner chaque année. Cette épargne-retraite est déduite de vos revenus nets bruts. Vous ne faites que reporter le montant de votre contribution dans la déclaration annuelle. Cela ne vient pas nécessairement avec d’autres produits d’épargne tels que l’assurance-vie.