La santé de la population est étroitement liée à l’intégrité de l’écosystème des organismes vivants. De nombreux principes de base de la gestion de l’environnement dérivés de l’écologie des systèmes, peuvent être utilisés pour promouvoir la santé, notamment en tenant compte des limites et des possibilités des écosystèmes naturels, en maintenant la diversité et en favorisant le recyclage. Le modèle de développement actuel a produit des conséquences sociales et environnementales inacceptables. Les qualités de l’environnement physique, dont il s’agit de la qualité de l’eau potable, de la qualité de l’air ou de la qualité des sols, est étroitement liée à la santé de la population. On associe, souvent, l’exposition à la lumière ultraviolette qui est liée au cancer de la peau.

 Qu’est-ce que l’écologie et à quoi sert -elle ?

L’écologie est un terme à double réalité. C’est une science qui vise à déterminer par extension les interactions entre le vivant ou la biodiversité et l’environnement. Au sens large, l’écologie définit, aussi, un mouvement de pensée. L’écologie politique, est un mouvement intellectuel incarné dans diverses idéologies. Le but principal est d’intégrer les questions environnementales dans les organisations économiques, sociales, et politiques. L’objectif ultime est d’établir un nouveau modèle de développement sur la base d’une transformation complète des relations entre les activités humaines et l’environnement. En tant que discipline académique, la planète écologie permet de mieux comprendre comment les organismes vivent et interagissent dans l’environnement. L’écologie en tant qu’idée sociale et politique est de protéger les écosystèmes, l’environnement en général, la biodiversité et surtout de créer des communautés qui y vivent en permanence. Pour plus d’informations, suivez ce lien.

Santé et environnement : quel est le lien ? 

À mesure que les catastrophes et les épidémies prévues augmentent, la relation entre la santé humaine et la planète écologie est importante. Les épidémies ont été bien combattues et contrôlées au cours des derniers siècles, mais de nouveaux avertissements ont été émis concernant la propagation d’agents infectieux. Le réchauffement climatique a entraîné une relocalisation du vecteur, augmentant ainsi la source potentielle d’infections bactériennes ou virales. Au cours des dernières décennies, les catastrophes naturelles ont provoqué une migration d’un grand nombre de personnes, qui se sont retrouvées sans abri et incapables de se nourrir. On estime qu’environ 24 % de toutes les maladies dans le monde sont dues à la dégradation de l’environnement. Pour les maladies chez les enfants de moins de cinq ans, un environnement malsain est considéré comme l’un des principaux facteurs de risque.

Tous responsables et victimes, par différentes manières

L’activité humaine est une cause majeure de la dégradation de l’environnement et du réchauffement climatique. Les actions de groupe et individuelles ne sont pas neutres. On est dans une phase de grande accélération qui a commencé avec la révolution industrielle et est devenue plus importante, ses dernières années. Elle se caractérise par le développement parallèle de l’activité humaine et des changements dans la planète écologie. Cette période se caractérise par une amélioration du confort et de la santé globale de la population, bien que la méthode soit très déséquilibrée et que la population ait augmenté. Cependant, l’intensification des activités agricoles, économiques, et industrielles s’est accompagnée d’une augmentation des gaz à effet de serre, d’une réduction significative de la biodiversité et de la destruction des forêts tropicales. La moitié des personnes les plus pauvres du monde ne représentent que 10 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone, mais elles courent un plus grand risque. Pollutions, catastrophes climatiques, maladies infectieuses, maladies environnementales. Cela vaut, également, pour les pays les moins pollués et les plus touchés, comme les pays pauvres.

L’impact environnemental sur la santé

L’impact des changements environnementaux sur la santé humaine devient de plus en plus évident et se traduit par l’augmentation du développement de maladies, parfois graves. L’un des déterminants de la santé est, sans aucun doute, l’environnement physique. Ce facteur peut, aussi, s’exprimer comme bon mauvais. L’environnement hostile peut entraîner l’apparition de certaines des maladies les plus graves et les plus courantes. Polluants de l’air intérieur et extérieur, le bruit, le logement, les charges magnétiques et les rayonnements, la qualité de l’eau et les expositions à des composants chimiques. Ces facteurs affectent diverses maladies, notamment les troubles de l’audition du sommeil. Également, le stress, entraînant une hypertension artérielle et d’autres problèmes cardiovasculaires, le cancer, l’asthme et des malformations congénitales. Selon une étude, en été, l’exposition à la pollution de l’air augmente le risque de décès cardiovasculaire et respiratoire. Les personnes âgées de 25 à 64 ans sont autant vulnérables surtout après l’augmentation de la concentration d’ozone. Par conséquent, l’avis de précaution s’applique non seulement aux personnes de plus de 65 ans et aux enfants, mais aussi aux personnes de moins de 65 ans, surtout si elles envisagent de faire beaucoup d’activités à l’extérieur. Pour mieux comprendre les risques existants et de prévenir ou limiter leurs conséquences, certains pays soutiennent les équipes de recherche qui étudient les effets des facteurs environnementaux sur la santé.